Basket éthique

Basket écoresponsable en matières naturelles et recyclées

Basket écoresponsable, basket écologique, basket éthique, basket vegan, des termes très vastes qui veulent dire beaucoup et pas grand chose à la fois. De plus en plus de marques, éthiques ou non, proposent des baskets soit disant écoresponsables. Elles peuvent être fabriquées à partir de matières recyclées, de cuir végétal, sont dites vegan. Mais qu'en est-il vraiment ?

Dans cet article, on va essayer de décrypter le sujet des baskets éthiques pour voir quelles pratiques sont bonnes et quels détails sont importants pour distinguer une vraie basket éthique parmi tous les exemples de greenwashing.

Le lieu de fabrication de la basket : le facteur le plus important (et le plus coûteux)

Quand on parle d'éthique et d'écoresponsable, le lieu de fabrication doit être au premier rang des préoccupations. Et ce pour plusieurs raisons.

Fabrication européenne, pour des conditions de travail contrôlées

Le lieu de fabrication va fortement influencer les conditions de travail dans lesquelles auront été fabriquées les baskets.

L'Europe est objectivement la meilleure région du monde en terme de conditions de travail. En comparaison avec ce qui se fait ailleurs dans le monde, le droit européen est extrêmement protecteur pour les salariés. En intégrant l'union européenne, les pays membres doivent respecter un socle juridique commun, dont la Convention européenne des droits de l'Homme. Cette convention protège les droits humains et les droits des travailleurs par la même occasion.

Ensuite, tout un tas de normes communautaires (les traités, les règlements et les directives) viennent préciser la manière dont les pays doivent légiférer. Grâce à cela, le consommateur peut être assuré que les pays européens protègent les salariés et leur santé.

Selon nous, quand on parle d'éthique, la manière dont l'humain est traité doit être au centre des préoccupations. Choisir une basket fabriquée en Asie par exemple, c'est choisir un produit qui aura été réalisé dans des conditions humaines moins favorables, c'est un fait. Dans ces pays, la durée hebdomadaire de travail est beaucoup plus élevée, les périodes de repos sont très faibles, les heures supplémentaires ne sont pas encadrées et les normes de sécurité ne sont pas les mêmes qu'en Europe.

À l'inverse, quand on achète un vêtement fabriqué en Europe ou en France, on sait que les conditions de travail sont encadrées. Bien sûr, tous les pays d'Europe ne respectent pas les mêmes normes. Seul le socle commun du droit européen est assuré. En tant que marque de vêtement, nous savons que les pays de l'est sont beaucoup moins regardants en terme de conditions de travail. Les salaires sont plus bas, les durées du travail plus élevées et les normes de sécurité moins contraignantes.

C'est la raison pour laquelle nous refusons de fabriquer nos vêtements en Pologne, en Bulgarie et dans les autres pays de l'est. Cas pays proposent des coûts de fabrication les plus bas d'Europe mais nous savons quelle est la contrepartie humaine.

En tant que marque de vêtement écoresponsable, nous ne travaillons qu'avec 4 pays : la France, l'Espagne, le Portugal et l'Italie. Ces quatre pays possèdent les meilleures conditions de travail, les meilleures matières durables et les meilleurs savoir-faire. En travaillant avec ces quatre pays, nous pouvons réaliser l'ensemble des pièces possibles pour une marque de vêtement. Parfois, certaines marques justifient leurs lieux de fabrication par une impossibilité de réaliser certains vêtements plus près. Il est important de savoir que cet argument est faux. Nous pouvons tout réaliser dans un rayon de 1000 kilomètres autour de chez nous. Et nous allons le prouver dans les prochaines années.

Le lieu de fabrication, facteur le plus important pour une empreinte carbone limitée

Choisir une basket fabriquée localement n'est pas qu'une question de conditions de travail. C'est aussi l'assurance que les baskets auront une empreinte carbone limitée en comparaison avec une paire de baskets fabriquées en Asie par exemple.

L'empreinte carbone sera limitée de deux manières :

  • D'une part, le transport entre le lieu de fabrication et le lieu de vente sera sensiblement plus court. Au lieu des dizaines de milliers de kilomètres habituels, le transport représentera à peine quelques centaines de kilomètres.
  • D'autre part, l'énergie utilisée pour fabriquer les baskets sera beaucoup moins carbonée qu'en Asie. En Europe, même si des progrès sont encore à faire, l'énergie est produite majoritairement de deux manière : avec des centrales nucléaires et avec des énergies renouvelables. On appelle cela le mix énergétique et c'est l'un des sujets les plus importants pour impacter le réchauffement climatique. Ces deux modes de production d'énergie ne rejettent pas ou peu de CO2. À l'inverse, les pays asiatiques utilisent encore beaucoup de centrales à charbon pour produire de l'énergie. À la clé, un rejet extrêmement élevé de CO2. Au final, l'usine qui fabrique les baskets aura nécessairement une empreinte carbone beaucoup plus élevée en Asie qu'en Europe pour cette raison.

Beaucoup de marques fabricant en Asie communiquent sur le fait que le transport ne représente pas la majorité de l'empreinte carbone. C'est vrai, mais ça ne change pas la réalité actuelle : un produit manufacturé en Asie a une empreinte carbone au moins deux fois plus élevée qu'un produit manufacturé en France. C'est la conclusion d'une étude du cabinet Cycleco de janvier 2020.

Fabriquer localement a un coût élevé

Le seul inconvénient de fabriquer aussi près de chez nous est que ça coûte plus cher, beaucoup plus cher. Le salaire moyen d'un français ou d'un portugais et beaucoup plus élevé qu'un travailleur chinois ou indien. Sans compter les cotisations sociales salariales et patronales pour payer les retraites, les congés payés, la sécurité sociale, bref, toutes les avancées sociales de ces 50 dernières années.

Fabriquer localement coûte beaucoup plus cher donc les vêtements coûtent également plus cher, il n'y a pas de secret. Mais c'est le prix à payer pour s'habiller en respectant ses valeurs et en sachant où va l'argent.

Basket veja en matière recyclée

La matière utilisée pour fabriquer la basket

À côté du lieu de fabrication, la matière utilisée a également son importance.

Des matières recyclées

Plutôt que de créer de nouvelles matières, une bonne manière de fabriquer de manière responsable consiste à utiliser des matières recyclées. Coton recyclé, polyester recyclé, caoutchouc recyclé, matières vegan, il y a beaucoup de matières recyclées adaptée à la fabrication de baskets.

Des matières naturelles

Aujourd'hui, la majorité des baskets sont composées majoritairement de matières synthétiques. Polyester, nylon, acrylique ont remplacé les matières naturelles. Pourtant, les matières naturelles comme le coton biologique, le lin, la laine ou le chanvre sont tout à fait adaptées à la fabrication de baskets. Et la fabrication de matières naturelles est beaucoup moins polluante que celle des matières synthétiques. Une raison suffisante pour privilégier les baskets fabriquées en matières naturelles.

Le cas du simili cuir vegan

Aujourd'hui, on voit de plus en plus de baskets fabriquées à partir de cuir végétal ou cuir vegan. Et beaucoup d'autres produits d'ailleurs, comme des ceintures, des sacs à main, des sacs à dos et beaucoup d'autres choses. Cuir de pomme, cuir de raisin, cuir d'ananas, il y a l'embarras du choix pour proposer une alternative vegan aux baskets.

À priori écologiques sur le papier, ces matières ont pourtant plusieurs inconvénients.

D'une part, elles sont composées majoritairement de plastique. Quand on entend cuir de pomme, on pense que la matière est composée à 100% de pomme (et les marques ne font rien pour qu'on pense le contraire). Mais vous imaginez bien que ça n'est pas possible. En réalité, la majorité des ingrédients sont issues du pétrole, comme un simili cuir lambda. Mais est-ce qu'une matière vegan composée majoritairement de dérivé pétrolifère est écoresponsable ? Indice : la réponse se trouve dans la question.

D'autre part, il semble qu'il y ait des problèmes de durabilité sur les cuirs végétaux ou cuirs vegan. Nous avons longuement échangé avec des spécialistes de la basket (designer et ingénieurs textiles) et à chaque fois c'est la même réponse qu'on nous donne : en l'état actuel, les simili cuirs vegan ne sont pas assez durables pour fabriquer une chaussure ou une basket de qualité.

Or une basket écoresponsable doit être une basket solide, durable, qui va tenir dans la durée. Inutile de fabriquer une basket si c'est pour qu'elle tienne quelques mois seulement. C'est la raison pour laquelle nous sommes partagés sur le cuir vegan pour le moment. Cette matière peut être intéressante pour des pièces moins sollicitées que des baskets (de la maroquinerie par exemple). Une basket en revanche, doit forcément être très solide car elle est soumise à rude épreuve.

Pour aller plus loin, nous avons réalisé une article spécial sur les simili cuirs vegan ici.

Le packaging de la basket : le contenant compte autant que le contenu

Une fois que l'on a fabriqué une basket écoresponsable de la semelle aux lacets, il serait dommage de l'envoyer dans un packaging qui ne l'est pas. Les chaussures étant un produit particulier, le packaging l'est également. Pour cette pièce, il y a un premier emballage : la boîte à chaussures. Et pour les commandes réalisée sur internet, il y aura également le colis dans lequel sera envoyé la commande.

Un surplus d'emballage difficile à éviter, alors autant faire les choses bien. Pour aller plus loin sur les emballages et le phénomène de suremballage, nous avons écrit un article à ce sujet ici.

Une boîte à chaussures en carton recyclé

Aujourd'hui, il est possible de proposer facilement des boîtes à chaussures en carton recyclé. La norme la plus connue et contrôlée est le label FSC. Forest Stewarship Council (conseil d'intendance des forêts) garantit que le bois pour fabriquer les cartons provient de forêts gérées durablement. Désormais, le label FSC propose également un label recyclé.

Un colis recyclé, compostable ou biodégradable

En cas de commande sur internet, il faut également veiller à proposer des colis qui respectent l'environnement. Chez Ankore, nous avons commencé en proposant des colis en carton recyclé. Mais ces colis avaient un inconvénient : ils étaient assez lourds, ce qui augmente l'empreinte carbone du trajet et son coût.

Désormais, nous envoyons les commandes dans des colis compostables et biodégradables. Ces colis ne contiennent aucune matière plastique et sont réutilisables.

En cas de retour, vous avez juste à remettre les baskets dans leur colis, à tirer sur la languette autocollante pour les sceller et à l'expédier. Simple, rapide et efficace.

La fin de vie de la basket : pour un produit écoresponsable de A à Z

Aussi durable et solide que puisse être une basket, il arrive un moment où elle n'est plus portable. Aujourd'hui, une marque écoresponsable doit penser ses produits de manière globale, de la création et la fin de cycle. Et plusieurs possibilités existent pour trouver une seconde vie aux baskets.

Si les baskets sont encore en bon état, il est évidemment possible de les remettre en vente sur des sites de seconde main comme Vinted ou dans des friperies qui font également dépôt-vente.

Si les baskets ne sont plus portables, certaines marques proposent de les reprendre pour les recycler. Les semelles en caoutchouc peuvent par exemple être broyées pour donner naissance à des nouvelles semelles recyclées.

Un exemple de greenwashing flagrant : le cas Adidas et sa Stan Smith 50% recyclée

L'écoresponsabilité fait vendre, c'est un fait. Quand le produit est véritablement éthique, c'est légitime de communiquer dessus. Ce qui est problématique, c'est quand de grandes marques de la fast fashion décident de verdir leur image pour vendre des produits loin d'être irréprochables. On appelle cela du greenwhashing.

Le cas le plus emblématique de greenwashing est celui de la dernière Stan Smith d'Adidas. La publicité lors de la sortie de cette basket a fait l'objet de plainte pour violation des règles de déontologie publicitaire. Cette plainte a été jugée fondée par le jury déontologie publicitaire en août 2021.

Pour résumer, Adidas promettait la fin de la pollution plastique avec sa basket et présentait son modèle comme étant réalisé à hauteur de 50% de matière recyclée alors que seule la tige de la basket était concernée en réalité. Un bel exemple de greenwashing qui passe mal, surtout pour une aussi grande marque de basket qui avait largement les moyens de communiquer sans en faire autant.

Notre définition de la basket écoresponsable chez Ankore

Pour le moment, nous ne proposons pas de basket. Mais nous comptons bien proposer notre vision de la basket éthique prochainement et nous réfléchissons déjà aux matériaux, aux lieu de fabrication et à tous ces éléments pour vous proposer le produit le plus abouti techniquement et écologiquement.

Une chose est sûre, cette basket sera fabriquée localement avec des matières naturelles et recyclées. Et comme tous nos vêtements, cette basket sera solide et durable. On ne vous en dit pas plus !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.