Pantalon chino

Pantalon chino éthique pour homme

Dans cet article, on s'attaque à une pièce phare du dressing masculin : le pantalon chino. Aujourd'hui, ce vêtement est devenu aussi essentiel qu'un jean. Comme chaque vêtement a sa propre histoire, nous allons vous raconter celle du pantalon chino. Ensuite, nous présenterons les différentes formes, coupes et modèles possibles. Puis nous étudierons les matières utilisées couramment pour fabriquer ce type de pantalon. Enfin, nous nous pencherons sur les détails importants pour reconnaître à coup sûr un pantalon chino de qualité.

L'histoire du pantalon chino

Comme de nombreuses pièces du vestiaire masculin, le pantalon chino est d'origine militaire.

On connaît ce vêtement sous deux appellations distinctes : chino et kaki. Pourquoi deux appellations pour un même vêtement ? Tout simplement car ce type de pantalon a deux origines géographiques différentes. Le kaki vient de l'armée anglaise alors que le chino vient de l'armée américaine. Deux origine pour un seul et même vêtement.

Le khaki de l'armée britannique

Vers 1850 le Pakistan était sous domination Britannique. À l'époque, les soldats anglais étaient habillés de manière colorées et étaient donc très voyants sur le champ de bataille. Sir Harry Lumsden, un officier britannique mécontent de ces tenus, eu l'idée de les teindre en kaki.

Le mot "kaki" est un mot d'origine Hindi (langue indo-européenne) signifiant "couleur du sol". C'est un peu l'équivalent de la terre battue ou de la terre de sienne en Italie.

En 1902, le kaki fut officiellement considéré comme l'uniforme de toute les troupes de l'armée anglaise, en Inde et dans tout l'empire Britannique. Aujourd'hui, ce type de tenue est présent dans les armées du monde entier.

Le chino de l'armée américaine

Avant le chino, l'armée américaine portait des pantalons en laine. Des pantalons particulièrement chauds, trop chauds pour la guerre hispano-américaine et les soldats présents au Philippines notamment. Ces soldats ont adopté durant ce conflit des pantalons plus légers en coton qu'ils ont ramené avec eux aux Etats-Unis.

Résultat : au début du 20ème siècle, les troupes américaines portaient de manière générale des pantalons à coupe droite en coton importés de Chine. Chino signifiant chinois en Espagnol, on attribue cette appellation à ce fait.

La même année que l'armée Britannique, en 1902, l'armée Américaine et les marines adoptèrent le pantalon chino de manière officielle. Au fur et à mesure, l'ensemble des corps de métier de l'armée américaine vont adopter le chino lors des conflits dans les climats chauds.

Démocratisation du pantalon chino

À la fin de la seconde guerre mondiale, plusieurs vêtements militaire furent transposés à la vie civile. Leur caractère fonctionnel et durable trouvant leur place même hors des conflits armés.

De plus, les surplus de l'armée (qui visiblement apprécie l'adage "mieux vaut trop que pas assez") étant importants, cela permettait à la population de s'habiller à moindre frais.

Ce passage de l'armée à la vie civile fut notamment le cas du tee-shirt blanc et du pantalon chino.

Cette démocratisation du chino aux Etats-Unis va également être accélérée par les vétérans eux-mêmes. Via la G.I. Bill, une loi facilitant l'accès aux études pour les anciens combattants, le chino va entrer dans les universités les plus prestigieuses d'Amérique.

C'est pourquoi dans les années 50, le chino fera partie intégrante du style preppy, un courant de mode inspiré par la jeunesse dorée des étudiants américains.

Le succès du chino sera ensuite démocratisé à l'échelle mondiale dans les années 50 et 60 par l'intermédiaire des stars de cinéma James Dean, Steve Mc Queen et Marlon Brando notamment. Progressivement, le pantalon chino va véritablement devenir un incontournable du vestiaire masculin.

Puis ce vêtement va progressivement décliner et connaître une baisse d'engouement. Il aura une image un peu désuète et les coupes de l'époque, larges et quelque peu difformes, n'aideront pas.

La mode étant cyclique, le pantalon chino va revenir en force. Depuis une dizaine d'années, on observe un renouveau pour ce type de pantalon, avec de nouvelles formes et coupes, de nouvelles matières et beaucoup de jeunes marques proposent leur interprétation de cette pièce phare du vestiaire masculin.

Au même titre que la veste de travail, le chino revient très fort depuis quelques années et ça n'est pas pour nous déplaire ! Alternative idéale au jean, le chino se porte avec quasiment tout, peut être décliné dans une multitude de couleurs et constitue un vêtement polyvalent et durable par excellence. Des valeurs éthiques et écoresponsable qui nous parlent chez Ankore.

Les différentes matières du pantalon chino

Comme on l'a vu précédemment, le chino est à la base fabriqué dans une toile 100% coton. Mais aujourd'hui, d'autres matières font leur entrée : mélange de coton et élasthanne, flanelle de coton ou flanelle de laine, twill de coton, moleskine de coton, les possibilités sont nombreuses. 

Coton

Le coton est la matière originelle utilisée pour assembler les pantalons chino. Nous avons écrit un article sur cette matière naturelle et polyvalente ici.

Le coton a beaucoup d'avantages : il tient assez chaud, il est solide et durable et il est facile à entretenir en terme de lavage et de séchage.

En revanche, il faut bien faire attention à toujours choisir du coton biologique. Le coton non biologique est très gourmand en eau et les agriculteurs ont tendance à avoir la main lourde sur les pesticides, polluant les sols et les nappes phréatiques. Au contraire, le coton biologique sera exempt de pesticides et autres insecticides (c'est une obligation pour avoir droit à l'appellation biologique comme le coton GOTS par exemple). Et l'eau sera utilisée de manière beaucoup plus contrôlée et raisonnée dans les cultures de coton biologique.

Pour aller plus loin, vous pouvez également choisir des pantalons chinos contenant du coton recyclé. Concrètement, le coton recyclé provient d'anciens vêtements récupérés (via les bornes de tri par exemple) puis broyés pour être à nouveau filés et obtenir une nouvelle fibre 100% recyclée. Pour obtenir un tissu à la fois éco responsable et résistant, la plupart des vêtements contiendront un mix de coton recyclé et de coton biologique. Les fibres de coton recyclé étant plus courtes, il faut mélanger avec du coton biologique pour obtenir un tissu solide et durable.

Élasthanne

Cette fibre synthétique est utilisée pour ses propriétés élastiques. On retrouve souvent de l'élasthanne dans les vêtements techniques de sport (leggings, tee-shirts, brassières). Les propriétés élastique vont permettre au vêtement d'être parfaitement ajusté au corps et ainsi limiter les frottements gênants lors de la pratique de certains sports.

Dans le prêt-à-porter classique, l'élasthanne va permettre également au vêtement d'être plus ajusté. Dans des proportions moindres aux vêtements de sport (quelques pourcents à peine), un jean ou un chino peut gagner en souplesse et en confort avec un peu d'élasthanne.

Twill

Le twill n'est pas une matière à proprement parler, c'est une technique de tissage. On la reconnaît car elle forme des lignes diagonales visuellement. En français on donne plutôt le nom de sergé. C'est notamment un tissage en sergé que nous avons utilisé pour réaliser la veste 100%. Le twill ou sergé de coton fait partie des tissus historiques des pantalons chino.

Flanelle

Comme le twill, la flanelle est une technique de tissage et non une matière proprement dite. Elle peut être de coton, de laine ou d'autres matières.

La flanelle est un tissu duveteux car il est gratté par des rouleaux à picots, ce qui va effilocher la matière et lui procurer sa douceur. La flanelle pourra donner un esprit plus habillé au pantalon chino.

Comment reconnaître un chino de qualité ?

Comme sur tout vêtement, il y a des éléments plus importants que d'autres pour reconnaître une pièce de qualité. Pour un pantalon chino, les détails importants concernent le tissu utilisé, la coupe en fonction de vos préférences et enfin les nombreuses finitions.

Le tissu

La qualité du tissu va évidemment avoir un grand impact sur la qualité finale du pantalon. De manière générale, il faudra choisir une pièce avec un tissu solide qui résistera et durera dans le temps. C'est la raison pour laquelle, chez Ankore, nous privilégions les grammages élevés. Un grammage élevé signifie que le tissu est suffisamment lourd et épais. Cet indicateur se mesure en gramme par mètre carré (g/m2). Il est extrêmement rare d'avoir cette précision indiquée par les marques. Et c'est logique puisqu'elles rognent souvent sur cette partie en utilisant des tissus assez fin. C'est moins onéreux mais aussi beaucoup moins durable.

Chez Ankore, nous indiquons le grammage des tissus composant nos vêtements. Par exemple, le tissu recyclé utilisé pour fabriquer nos vestes 100% fait 480g/m2. C'est la garantie d'un tissu extrêmement résistant et robuste qui vous suivra très longtemps.

La coupe

C'est l'élément le plus subjectif de tous. En effet, la coupe d'un vêtement peut correspondre à certaines morphologies mais pas à d'autres.

Aujourd'hui, pour un pantalon chino, le slim est la coupe standard. C'est une coupe ajustée sans être serrée. Il y a aussi les coupes droites ou regular, et les coupes skinny qui sont vraiment serrées.

Voici un classement des différentes coupes, du plus serré au plus large.

Coupe skinny

Le mot skinny signifie maigre en anglais. La coupe skinny est donc une coupe serrée et moulante. Popularisée par les rockeurs, cette coupe a tendance à baisser en popularité ces dernières années.

Coupe Slim

C'est la coupe la plus utilisée actuellement par les marques de mode. Ce type de coupe est censé épouser la forme des jambes sans être trop serré. Souvent, le tissu utilisé va intégrer un peu d'élasthanne (entre 2 et 4%) pour justement s'ajuster au mieux aux courbes du corps.

Coupe semi-slim

C'est notre coupe préférée chez Ankore. Le juste milieu entre coupe slim et coupe droite, pour un pantalon ajusté mais pas trop. Ce type de coupe va rester bien ajusté au niveau des cuisses, avec un peu plus de marge au niveau des mollets et des chevilles. Selon nous, c'est la coupe qui est la plus avantageuse niveau silhouette.

Coupe droite

Aussi appelée coupe regular, c'est la coupe originelle des premiers pantalons chino. Comme son nom l'indique, c'est une coupe qui est droite de la taille aux chevilles.

Coupe loose

La coupe loose est encore plus large que la coupe droite. Le bas du pantalon va être plus large. On déconseillera cette coupe qui est l'autre extrême par rapport à la coupe skinny.

En résumé, pour être sûr qu'un pantalon chino vous aille parfaitement, le mieux sera de choisir une coupe ajustée mais pas trop. Soit une coupe slim ou semi-slim. Chez Ankore, nous proposons majoritairement des coupes assez droites et légèrement ajustées. Nos taux de retour extrêmement faibles (moins de 1%) nous confirment que nos coupes sont bien pensées et sont adaptées à un maximum de morphologies.

Les finitions

Sur un pantalon chino, les finitions sont nombreuses alors on vous liste les plus importantes, celles qui doivent être parfaitement réalisées pour obtenir une pièce de qualité.

Coutures

La qualité des coutures est un détail important sur tous les types de vêtements. C'est ce qui va apporter au vêtement sa solidité (avec la qualité du tissu) et ça va également participer à la tenue du vêtement, donc à son esthétique. Un beau chino doit comporter de belles coutures droites, gage de qualité. Au niveau des poches, les coutures devrons être finies via des points d'arrêts, qui renforceront la solidité de celles-ci.

Boutons/boutonnière

Comme sur les vestes, les boutons et la fabrication de la boutonnière sont un élément important.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.